RELIEFS Cassenti / le Générateur

Espace en expansion où il est permis que le corps le traverse et se modifie.

J’installe un espace en expansion où il est permis que le corps de l’un, de l’une, le mien, le traversent, d’être perçu en unité, réciproquement, de se re-constituer, de s’élargir, de se ressentir soi et de percevoir le corps-être de l’autre, de laisser monter la joie qui nous attrape au corps !

DSC00185
Nönude RELIEFS Chromaprojection, échauffements, corps dansé Céline Paul / Le Générateur

RELIEFS Cassenti au Générateur, du 30 juin au 8 juillet 2018↗

RELIEFS Cassenti / Jeffrey Louis Reed↗ : la piste sonore créée au cours de Reliefs Cassenti par Jeffrey Louis Reed.

IMG_1182Regard photographique de Benoît Godde / Reliefs Cassenti, le témoin, Le Générateur le 30 juin 2018
tumblr_pcl3yiaR9H1skikjmo2_1280Là, Nadia Sabah Smara qui pointe du doigt mon crâne céramique.

Le Générateur, propice, ouvert, mon corps y entre(antre) s’y propage à une vitesse qui est la sienne. mon corps s’y élargit – y apparaît – son contour se dessine, il se meut en douceur. je peux respirer.  » je capte l’espace entre les battements de mon cœur. « 

Battre la mesure du temps, mon corps trouve la place au temps d’exister en lui, il s’élargit et de même pour celui de mes Louves Modernes qui déploient l’espace autour d’elles, le relance, l’espace se compose, monte par la présence physique de notre corps et de notre intensité intérieure, notre densité. Ca pulse. Ca rayonne joyeusement.

Les amis du Générateur, les témoins. Je les retrouve sur les images documentaires de Bernard Bousquet. Par leur regard et le souvenir qui revient de leur présence et de leurs déplacements autour de moi, je nous sens avoir exister. Je peux me rappeler que cela a bien eu Lieu, nous constitue, élabore ma pensée, poursuit de me transformer.

Capture d’écran 2020-01-23 à 10.46.25Le Générateur, lieu de transfert et d’amplitude pour ma pensée, je peux y soulever mes reliefs du sol, faire monter mes visions en scènes mouvantes, j’ouvre des trous dans le sol avec mon pas.

Sarah Cassenti, Lundi 20 janvier 2020